Bonne année 2014

A la fin de l’année 2013 nous voulons dire merci à tous ceux qui ont soutenu notre projet au Congo.
C’était un an réussi :

  • Quatre boursiers, que nous avons soutenu pendant plus de trois ans, ont réussi leur bac et aspirent à étudier au Congo ou l’ont déjà commencé.
  • Durant l’année scolaire 2012 / 2013 nous avons soutenu 30 enfants et jeunes gens dans le cadre de paiement les frais de scolarité d’environ 250 € par élève par année scolaire. Tout ne pourrait pas aller à l’école sans notre soutien. Pour l’année scolaire, leurs places sont sécurisés grâce à vos dons et à d’autres revenus.
  • Tou(te)s les boursiers/ières sont passés dans la classe supérieure, quelques-un(e)s avec très bonnes performances.
  • 3 parrainages personnels ont été conclus avec l’engagement de payer les frais de la scolarité pour les années à venir.
  • Les parrainages scolaires avec les écoles primaires „Am Höfling“ à Aix-la-Chapelle et Klinkheide à Herzogenrath, l’école Albert Schweitzer à Würselen et la GHS Aretzstraße à Aix-la-Chapelle continuent d’exister.
  • Les concours de Doppelkopf se sont révélés très réussis et devraient être continués l’année prochaine.
  • Willy Kuyitilla s’est entretenu au Congo en automne et il s’est assuré au sujet des détails de projets de nos partenaires. Le projet d’école marche bien malgré la récession au Congo. Seul le contact personnel entre les boursiers et les parraines est difficile. D’une part, il y a toujours des nouveaux problèmes avec les installations Internet à l’école, d’autre part, il y a des craintes de la part des adultes.
  • Cette année, nous avons fourni du matériel en quantité limitée, mais nous avons donné un soutien financier à l’établissement d’enseignement et nous avons donné des médicaments pour le dispensaire à Mont-Ngafula.

haut de pageApparemment il y a une détente politique au Congo.
Mais nous ne peuvons pas parler de temps stables et exempt de guerre. Après tout, beaucoup d’habitants dans la zone de guerre, cette année ont connu un Noël plus tranquil qu’en 2012.


 Des miliciens M23, se retirants de Goma

L’M23 s’est retiré, mais il y a des attaques contre l’FDLR (milice Hutu) pour le moment. L’FDLR occupe des petits territoires en terrain accidenté. Après plusieurs années de présence dans la brousse au Congo oriental, les miliciens Hutus rwandais sont mobils, ils connaîssent chaque sentier dans la jungle et se déplacent avec leurs enfants et les femmes. Ils portent des uniformes de l’armée congolaise, avec le drapeau du Congo au bras et ils se se mêlent aux milices locales.


 FDLR Milizionär

haut de pageMais il y a aussi des autres messages depuis le Congo. Ici, nous voulons insérer un reportage sur les okapis de D. Johnson à titre d’exemple d’un avenir meilleur.


 Okapi

Guère un Congolais a jamais vu un okapi dans la nature, mais tout le monde le connait : l’Okapia johnstoni, une espèce qui vit dans la forêt tropicale congolaise, qui ressemble à une intersection d’accident du cheval et du zèbre, mais qui est liée avec la girafe. Cette girafe de la forêt n’a pas besoin d’un long cou, parce qu’elle mange comme les feuilles des jeunes arbres, et les bandes sur le fond les rendent pratiquement invisibles dans le maquis.
Vraiment parfait pour échapper des braconniers. Et pour servir comme la quintessence du mystérieux, de ce qui est caché. Le filigrane sur certains billets de l’argent congolais un Okapi et il y a un roman de fantasy « La crosse de l’okapi », qui s’agit des hallucinations et des ethnologues manquants.
Les seuls Congolais qui comprennent et estiment ces animaux dans la nature sont les Pygmées dans la forêt de l’Ituri, une des plus anciennes populations autochtones de la terre. Ainsi que les pygmées, maintenant aussi les okapis sont menacés de l’extinction – victimes de la crise permanente de la République démocratique du Congo. La faune de la région – notamment des éléphants et chimpanzés – est une proie facile dans le nord-est de la République Démocratique du Congo. Qui veut survivre ici, se joint à une milice, va aux mines d’or dans les forêts ou dans le commerce illégal de bois tropicaux. Toutes des activités qui sont mortelles pour les okapis. Depuis une dizaine d’années. les stocks estimées se sont réduits de 40 000 à 10 000 exemplaires, disent das écologistes.
De ces 10 000, la moitié vit dans la réserve à okapis d’Epulu, le seul endroit où les personnes extérieures peuvent voir les animaux farouches. La réserve n’héberge pas seulement des espèces rares, mais aussi des milices. En juin 2012, des guerriers de la milice « Lions d’eau » de Morgan ont dévasté le siège de l’Agence de conservation de la nature congolaise ICCN à Epulu. Ils ont tué six personnes et 13 des 14 okapis de présentation. L’armée du Congo est venu, a chassé la milice et a dévasté la station une seconde fois, et le dernier Okapi est mort aussi.
Maintenant Epulu est en cours de reconstruction. Au fait, les congolais ont appris cette terrible nouvelle d’une des stations de radio les plus respectés, parce que l’Organisation des Nations Unies l’a mis en place : Radio Okapi

Merci pour tout et nos meilleurs vœux pour l’année 2014 !

Pour le comité exécutif
Elisabeth Paul et Willy Kuyitila
haut de pageÀ la fin une petite sélection de photos sur la vie dans la R.D. du Congo et de notre projet.


 Enfants ruraux

 Des enfants travaillant dans une mine

 Extraction de l’huile de palme

 Recherche de diamants

 Approvisionnement en eau / transport des tuyaux

 Soldats des Nations Unies au Congo


haut de pageProjektbilder


 La camionnette donné après 2 ans d’utilisation

 Willy K. lors de l’inspection

 Enseignement

 Visite de la salle de classe

 Cours de chimie

 Professeur de chimie avec des boursiers

 Rentrée des classes

 Leçons dans la cour

 Excursion dans le quartier du gouvernement

 Excursion au marché dans l’autobus scolaire donné

 Remise des dons

 Willy Kuyitila avec des boursiers

haut de page

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *